Psychothérapies de la dépression, un retour aux fondamentaux ? -France Info

La dépression est une maladie complexe, impliquant de nombreux facteurs comme la vulnérabilité biologique ou les évènements de vie et dont la prise en charge doit parfois nécessiter l’utilisation d’un traitement médicamenteux.

Cependant, l’utilisation de médicaments doit tenir compte de leurs effets secondaires, de l’adhésion aléatoire du patient à son traitement et du risque de rechute en cas d’arrêt. D’où l’importance de sélectionner les psychothérapies les plus adaptées en complément pour diminuer les risques de rechute à long terme.

Psychothérapies de la dépression

Actuellement, la psychothérapie qui a montré les meilleurs résultats dans la prise en charge d’un épisode dépressif est la psychothérapie dite « cognitive et comportementale » (ou TCC), au point que certaines études ont montré que les TCC pouvaient être aussi efficaces que les médicaments.

Petite histoire des TCC

Les thérapies « cognitives et comportementales » sont une forme de psychothérapie dont les bases théoriques sont nées dans les années 30 aux Etats-Unis par le biais de « l’analyse expérimentale du comportement » (ou EAB pour « Experimental Analysis of Behavior »). L’EAB est un champ de recherche scientifique qui s’intéresse aux mécanismes d’apprentissages et particulièrement aux principes d’apparition, de maintien et de diminution des comportements.

A travers les découvertes de ces principes qui régissent nos comportements, les psychologues ont construit une théorie qu’ils pouvaient utiliser dans leurs pratiques auprès des patients. L’application de ces principes a été alors appelée « analyse appliquée du comportement » (ou ABA) qui se situe à la frontière entre la psychologie des apprentissages et la science de l’éducation.

1ère « vague » des TCC

C’est dans ce contexte qu’est né, dans les années 50, le mouvement des « thérapies comportementales » utilisées au départ surtout en psychiatrie (notamment pour la prise en charge de la schizophrénie). Il a ensuite été englobé dans un mouvement plus large, la « Modification du Comportement » qui, en plus des comportements pathologiques, s’est intéressé aux comportements « normaux ». On considère que le mouvement des « thérapies comportementales » constitue la première « vague » des thérapies cognitives et comportementales, même si à l’époque on ne parlait pas encore de TCC.

2ème « vague » des TCC

Dans les années 70, la psychologie s’est intéressée aux sciences dites «cognitives ». Pour le dire simplement, ce champ de recherche concerne la compréhension des mécanismes de la pensée. Les psychologues ont alors petit à petit intégré ces théories cognitives à leurs pratiques pour formaliser la 2ème « vague » des TCC telles qu’elle sont pratiquées en majorité aujourd’hui : les thérapies «cognitives et comportementales ».

3ème « vague » des TCC

Récemment, les TCC se sont encore développées en s’intéressant plus particulièrement à la gestion des émotions, en intégrant des techniques issues de la méditation par exemple. Les TCC sont alors devenus « thérapie d’acceptation et d’engagement » (ACT en anglais).Source France Info

Source : France Info : Psychothérapies de la dépression, un retour aux fondamentaux ? – À lire, à voir, à écouter – Actualités – Psycom

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :