Traiter l’anxiété et la dépression, ça rapporte gros ! – Le Point

Le « retour sur investissement » d’une prise en charge adéquate de ces maladies si fréquentes serait d’un pour quatre, selon une étude de l’OMS.

Par

Publié le 13/04/2016 à 15:52 | Le Point.fr

Les maladies psychiatriques ont certes un coût, mais leur bonne prise en charge peut rapporter gros : quatre fois la somme investie, selon une nouvelle étude dirigée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) publiée mardi dans The Lancet Psychiatry. En d’autres termes, chaque dollar dépensé pour le traitement de la dépression et de l’anxiété en rapporte quatre, « sous forme d’une amélioration de la santé et de la capacité de travail ». Ce résultat devrait donner de puissants arguments aux services de santé mentale dans tous les pays pour investir davantage, quels que soient les niveaux de revenus.

Cet élément va être pris en compte lors des débats organisés mercredi et jeudi à Washington, par la Banque mondiale et l’Organisation mondiale de la santé. Selon l’OMS, près de 10 % de la population mondiale est affectée et les troubles mentaux représentent 30 % de la charge de morbidité mondiale. Cette proportion ne cesse de progresser. Entre 1990 et 2013, le nombre de personnes souffrant de dépression et/ou d’anxiété a augmenté de près de 50 %, passant de 416 millions à 615 millions, toujours selon l’agence onusienne. Elle ajoute que les situations d’urgence humanitaire et les conflits en cours accroissent les besoins d’étendre les options thérapeutiques puisqu’une personne sur cinq confrontée à ce genre de problèmes souffre de dépression ou d’anxiété.

Un coût de 1 000 milliards de dollars par an dans le monde

À l’échelle mondiale, le coût actuel de la dépression et des troubles de l’anxiété est estimé à 1 000 milliards de dollars par an. Une somme colossale qui ne doit pas masquer tous les problèmes quotidiens, toutes les souffrances engendrées par ces maladies, au niveau tant individuel que familial. « Nous savons que le traitement de la dépression et de l’anxiété se justifie pleinement pour la santé et le bien-être ; cette nouvelle étude confirme également son bien-fondé au niveau économique », estime d’ailleurs le Dr Margaret Chan, directrice générale de l’OMS.

« Nous devons désormais trouver des moyens pour veiller à ce que l’accès aux services de santé mentale soit une réalité pour tous les hommes, femmes et enfants, où qu’ils vivent. »

D’où cette nouvelle étude, qui a calculé les coûts des traitements et les résultats sanitaires dans 36 pays à revenus faibles, intermédiaires ou élevés pour les quinze années de 2016 à 2030. Selon les estimations, les coûts du développement des traitements, principalement le conseil psychosocial et la prescription de médicaments antidépresseurs, se montent à 147 milliards de dollars. Les retours sur cet investissement dépassent cependant de loin ces dépenses. Une progression de 5 % de la participation et de la productivité de la main-d’œuvre rapporterait 399 milliards, et l’amélioration de la santé aurait aussi un rendement de 310 milliards.L’OMS regrette donc que les investissements actuels dans les services de santé mentale soient bien inférieurs à ce qui est nécessaire. Selon son Atlas de la santé mentale 2014, les gouvernements dépensent en moyenne 3 % de leur budget pour la santé dans ce domaine, cette part allant de 1 % dans les pays à faibles revenus à 5 % dans les pays à hauts revenus.

Les résultats de cette nouvelle étude devraient vraiment pousser les autorités sanitaires à aider la psychiatrie à se défaire de son étiquette de « parent pauvre » de la médecine. Qu’importe les motivations, seul le résultat compte !

Source : Traiter l’anxiété et la dépression, ça rapporte gros ! – Le Point

RAPPEL

La dépression en Europe : faits et chiffres

  • Chaque année, 25 % de la population souffrent de dépression ou d’anxiété.
  • Les troubles neuropsychiatriques représentent 19,5 % de la charge de morbidité dans la Région européenne, et 26 % dans les pays de l’Union européenne (UE).
  • Ces troubles concourent jusqu’à 40 % des années vécues avec une invalidité, et la dépression en constitue la principale cause.
  • Jusqu’à 50 % des congés de maladie chroniques sont imputables à la dépression et à l’anxiété.
  • Environ 50 % des dépressions majeures ne sont pas traitées.
  • Le coût des troubles de l’humeur et de l’anxiété dans l’UE se chiffre à environ 170 milliards d’euros par an.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :